Menu

Billetterie
映画

Cinéma - 4 > 25 oct. 2014 à 14h

Kawabata et le cinéma

Cinéma

Du samedi 4 au samedi 25 octobre 2014

 

Yasunari Kawabata et le cinéma

Entre 1926 et 2008, 26 des romans de Yasunari Kawabata ont fait l’objet de 41 adap­ta­tions. Outre les mul­ti­ples ver­sions de La Dan­seuse d’Izu, on compte plu­sieurs films tour­nés par Mikio Naruse, dont le goût pour la sub­ti­lité et un cer­tain pathos ren­contrait sans doute dans les romans de Kawabata une cor­res­pon­dance idéale. Adapté par Naruse, Le Grondement de la mon­ta­gne (Studios Toho, 1954) est une œuvre par­ti­cu­liè­re­ment abou­tie. On peut noter par ailleurs que Pays de neige a sus­cité deux belles ver­sions ciné­ma­to­gra­phi­ques, celle de Shiro Toyoda (Studios Toho, 1957) et celle de Hideo Oba (Studios Shochiku, 1965), avec res­pec­ti­ve­ment Keiko Kishi et Shima Iwashita dans le rôle prin­ci­pal. 
Kawabata lui-même s’est très tôt inté­ressé au sep­tième art, en écrivant le scé­na­rio du film Une Page folle, tourné par Teinosuke Kinugasa (muet, 1926), dans le cadre des expé­ri­men­ta­tions menées par « le Mouvement des Nouvelles sen­sa­tions » ; et son œuvre tout entière est mar­quée par des repré­sen­ta­tions visuel­les qui alter­nent images fixes et mobi­les, effets de miroir et de super­po­si­tion, fondus enchaî­nés, infi­nis ralen­tis suivis d’accé­lé­ra­tions subi­tes. En bref, l’œuvre écrite de Kawabata peut aussi être lue comme l’appro­pria­tion par l’écriture lit­té­raire des nou­vel­les tech­ni­ques ciné­ma­to­gra­phi­ques, ouvrant tou­jours davan­tage l’expres­sion de la fic­tion. Le cinéma ne se contente pas de pro­lon­ger les effets de la lit­té­ra­tu­re : en retour, la lit­té­ra­ture intè­gre les inno­va­tions pro­pres aux images du cinéma. Le cas de Kawabata illus­tre par­fai­te­ment cette inte­rac­tion au cœur de la moder­nité cultu­relle, au Japon comme ailleurs.

Les films

Monsieur Merci 
有りがたうさん 
(ari­gato-san) 
1936 / N&B / 76’ / Copie 35mm / Réalisation : Hiroshi Shimizu / Avec Ken Uehara et Michiko Kuwano

Un auto­bus tra­verse la pénin­sule d’Izu. Son conduc­teur a le surnom de « Monsieur Merci », car il ne cesse de dire « Merci ! » aux gens et aux véhi­cu­les qu’il croise. Il trans­porte beau­coup de pas­sa­gers aux des­tins tour­men­tés. 
11 oc­to­bre 16h30 et 21 oc­to­bre 17h30

La dan­seuse d’Izu
伊豆の踊子 (izu no odo­riko)  
1954 / N&B / 87’ / Copie 16 mm / Réalisation : Yoshitaro Nomura / Avec Hibari Misora et Akira Ishihama  


Kawasaki, étudiant pro­met­teur, voyage à l’aven­ture dans la pro­vince d’Izu. En cours de route, il ren­contre une troupe d’artis­tes ambu­lants. Il est tout de suite attiré par Kaoru, la plus jeune de la troupe. En fai­sant chemin ensem­ble, Kawasaki se fami­lia­rise avec eux et promet à Kaoru de l’amener au cinéma quand ils seront arri­vés à Shimoda.  
18 oc­to­bre 16h30 et 24 oc­to­bre 14h00

Le gron­de­ment de la mon­ta­gne 
山の音
 (yama no oto)  
1954 / N&B / 95’ / Copie 35mm / Réalisation : Mikio Naruse / Avec Setsuko Hara, Ken Uehara, Yamamura So, Teruko Nagaoka, Yoko Sugi

A Kamakura, au sud de Tokyo, un vieux couple assiste, impuis­sant, aux crises conju­ga­les aux­quel­les sont confron­tés ses enfants. Le père éprouve une tendre affec­tion pour sa belle-fille délais­sée par son mari qui lui rap­pelle un amour mal­heu­reux d’antan. 
4 oc­to­bre 14h00 et 23 oc­to­bre 19h30

Pays de neige*
雪国
 (yuki­guni)
1957 / N&B / 120’ / Copie 35mm / Réalisation : Shiro Toyoda / Scénario : Toshio Yazumi / Avec Ryo Ikebe, Keiko Kishi, Kaoru Yachigusa, Daisuke Kato, Hisaya Morishige

Un train fran­chit un long tunnel et arrive dans une gare blo­quée par la neige. Shimamura, un dandy oisif, allait retrou­ver Komako qu’il avait ren­contrée l’année pré­cé­dente dans une sta­tion ther­male. Komako est deve­nue geisha afin d’aider sa mère adop­tive et de payer les frais médi­caux de son fils mou­rant. 
17 oc­to­bre 19h30 et 25 oc­to­bre 18h00

Kyôto 
古都
 (koto)
1963 / Couleur / 106’ / Copie 35mm / Réalisation : Noboru Nakamura / Avec Shima Iwashita, Seiji Miyaguchi, Yoshiko Nakamura, Hiroyuki Nagato, Teruo Yoshida

Chieko est élevée comme fille unique chez un riche gros­siste en kimo­nos à Kyoto. Un jour, elle décou­vre ses véri­ta­bles ori­gi­nes : enfant aban­don­née, elle a été sépa­rée de sa sœur jumelle, Naeko, qui habite dans « les mon­ta­gnes aux cyprès », au nord de la ville. 
4 oc­to­bre 16h30 et 22 oc­to­bre 19h30

La dan­seuse d’Izu
伊豆の踊子 
(izu no odo­riko)
1963 / Couleur / 87’ / Copie 35mm / Réalisation : Katsumi Nishikawa / Avec Sayuri Yoshinaga, Hideki Takahashi, Jukichi Uno

Dans cette ver­sion à la pho­to­gra­phie étincelante, l’actrice vedette des stu­dios Nikkatsu, Sayuri Yoshinaga, incarne la dan­seuse de Kawabata avec une touche sai­sis­sante de nos­tal­gie. 
11 oc­to­bre 19h00 et 21 oc­to­bre 19h30

Tristesse et beauté 
美しさと哀しみと
 (utsu­ku­shisa to kana­shimi to)  
1965 / Couleur / 104’ / Copie 35mm / Réalisation : Masahiro Shinoda / Avec Mariko Kaga, Kaoru Yachigusa, Kei Yamamoto, Misako Watanabe, Haruko Sugimura, So Yamamura

Oki, un écrivain, a autre­fois rendu enceinte une jeune fille, Otoko, alors qu’il avait une femme et un enfant. Le bébé est mort et Otoko a tenté un sui­cide avant d’être envoyée dans un hôpi­tal psy­chia­tri­que. 20 ans plus tard, Oki se rend à Kyoto où habite Otoko, deve­nue depuis une artiste-pein­tre de renom. Quand Keiko, la dis­ci­ple d’Otoko, apprend le passé sombre de cette der­nière, elle entre­prend de détruire la famille Oki pour venger sa maî­tresse qui est aussi son amante. 
4 oc­to­bre 19h00 et 22 oc­to­bre 17h00

Le lac des femmes 
女のみづうみ
 (onna no mizuumi)
1966 / N&B / 98’ / Copie 35mm / Réalisation : Kiju Yoshida / Avec Mariko Okada, Keisuke Ashida, Shigeru Tsuguyoshi

Miyako entre­tient une rela­tion adul­tère avec le jeune Kitano. Un jour, celui-ci demande à la pho­to­gra­phier nue. Elle accepte, mais les néga­tifs lui sont déro­bés. Soumise au chan­tage d’un inconnu, Miyako n’a alors d’autre choix pour les récu­pé­rer que d’obtem­pé­rer… 
16 oc­to­bre 17h00 et 18 oc­to­bre 14h00

Les belles endor­mies 
眠れる美女
 (nemu­reru bijo)  
1968 / Couleur / 96’/ Copie 35mm / Réalisation : Kozaburo Yoshimura / Avec Takahiro Tamura, Yoshiko Kayama, Taiji Tonoyama, Sanae Nakahara

Un vieil écrivain, Eguchi, se rend dans la « Maison des belles endor­mies », invité par un ami. Là, il y a des jeunes filles nues pro­fon­dé­ment endor­mies, qui ne se réveillent jamais. Les vieillards pas­sent une nuit à côté d’elles et repar­tent le len­de­main matin. 
18 oc­to­bre 19h00 et 24 oc­to­bre 19h30

Nuée d’oiseaux blancs
千羽鶴 
(sen­ba­zuru)  
1969 / Couleur / 96’ / Copie 16mm / Réalisation : Yasuzo Masumura / Avec Mikijiro Hira, Ayako Wakao, Eiko Azusa, Machiko Kyo, Yoko Namikawa, Eiji Funakoshi

Kikuji est invité à une céré­mo­nie de thé, orga­ni­sée par la maî­tresse de son père défunt à Kamakura. Parmi les par­ti­ci­pants, il y a aussi une autre maî­tresse, Madame Ota, et sa fille Fumiko. Madame Ota, bien-aimée de son père, se trou­ble face à Kikuji qui res­sem­ble à ce der­nier. Lui aussi est peu à peu fas­ciné par cette veuve. 
11 oc­to­bre 14h00 et 17 oc­to­bre 17h00

Des jours et des mois
日も月も
 (himo tsu­kimo)
1969 / Couleur / 83’ / Copie 35mm / Réalisation : Noboru Nakamura / Avec : Shima Iwashita, Jin Nakayama, Koji Ishizaka, Masayuki Mori, Yoshiko Kuga


La quête d’amour de la jeune Matsuko malgré ses mal­heurs, à com­men­cer par la tra­hi­son de son petit ami, sa mère qui aban­donne tout pour son amant et la mort de son père inat­ten­due. 
16 oc­to­bre 19h30 et 23 oc­to­bre 17h30

Calendrier des projections

Samedi 4 oc­to­bre 
14h Le gron­de­ment de la mon­ta­gne (1954) 
16h30 Kyôto (1963) 
19h Tristesse et beauté (1965)

Samedi 11 oc­to­bre 
14h Nuée d’oiseaux blancs (1969) 
16h30 Monsieur Merci (1936) 
19h La dan­seuse d’Izu (1963)

Jeudi 16 oc­to­bre 
17h Le lac des femmes (1966) 
19h30 Des jours et des mois (1969)

Vendredi 17 oc­to­bre 
17h Nuées d’oiseaux blancs 
19h30 Pays de neige (1957)

Samedi 18 oc­to­bre 
14h Le lac des femmes 
16h30 La dan­seuse d’Izu (1954) 
19h Les belles endor­mies (1968)

Mardi 21 oc­to­bre 
17h30 Monsieur Merci 
19h30 La dan­seuse d’Izu (1963)

Mercredi 22 oc­to­bre 
17h Tristesse et beauté 
19h30 Kyôto

Jeudi 23 oc­to­bre 
17h30
 Des jours et des mois 
19h30 Le gron­de­ment de la mon­ta­gne

Vendredi 24 oc­to­bre 
14h La dan­seuse d’Izu (1954) 
19h30 Les belles endor­mies

Samedi 25 oc­to­bre 
14h Table ronde 
18h Pays de neige

Table ronde

Samedi 25 oc­to­bre de 14h à 18h 
Petite salle (rez-de-chaus­sée)
Entrée libre (dans la limite des places dis­po­ni­bles)
En japo­nais avec tra­duc­tion simul­ta­née en fran­çais

Quelques exem­ples célè­bres d’adap­ta­tion au cinéma de l’oeuvre de Kawabata

Table ronde avec des spé­cia­lis­tes japo­nais de l’oeuvre de Kawabata, suivie de la pro­jec­tion de Pays de neige de Shiro Toyoda.

Projections 
Petite salle (rez-de-chaus­sée) 
Tarif unique 5€ 
Films pré­sen­tés en VOSTF
Provenance des copies :
Japan Foundation Film Library, Shochiku Co., Ltd., 
National Film Center (National Museum of Modern Art, Tokyo)

Remerciements

Nous remer­cions pour leur aide au sous-titrage des films, les étudiants du Master 2 d’études japo­nai­ses, classe 2013-2014, for­ma­tion coha­bi­li­tée Université Paris Diderot et Inalco.
Kaori Fujimoto, Clément Gallois et Céline Zuretti. Chie Ichikawa, Barbara Mauthes et Alice Prieuret.
Diane Durocher, Jean-Baptiste Flamin et Kôji Takaoka. Raphaële Gippon et Suzuki Mari. Hitomi Sato, Maryam Buisson et Manon Debienne. Loup Aubour, Marwan Noury et Sayano Taga. Lucie Bourgeois, Camille Duret et Noriko Iguchi. Natsu Maeda et Sarah Boivineau. Nadia Rahmani et Michiko Shibazaki. Emeline Boucheron, Aiko Ishiguro, Caterina Mennito.

Les étudiants sta­giai­res à la MCJP : Chie Ichikawa, Aiko Ishiguro, Clément Rauger, Mari Suzuki.
Isabelle Lavelle, tra­duc­trice