Kanazawa - Aux sources d’une culture de samouraïs

du 2 octobre au 14 décembre 2013

Vidéo de présentation de l’exposition


Kanazawa - Aux sour­ces d’une culture de samou­raïs par MCJP_web

L’exposition

Portrait de Maeda ToshiieSituée en bor­dure de la mer du Japon, Kanazawa était la capi­tale du fief de Kaga. Ce fief, le plus grand du Japon, était depuis le milieu du XVIe siècle celui du puis­sant clan Maeda qui y encou­ra­gea l’épanouissement des arts. Les sei­gneurs Maeda favo­ri­sè­rent le déve­lop­pe­ment de la céré­mo­nie du thé et du théâ­tre nô, éléments incontour­na­bles de la diplo­ma­tie entre guer­riers, et accueilli­rent les plus grands maî­tres arti­sans d’Edo (actuel Tôkyô) et de Kyôto. Alors que le Japon tra­ver­sait une longue période de paix, les samou­raïs de Kanazawa établirent avec succès leur propre culture, dis­tincte de celle d’Edo, siège du gou­ver­ne­ment du shôgun. Cette expo­si­tion pré­sente bien sûr des armu­res, sabres et cas­ques de guer­riers. Elle fera cepen­dant la part belle aux arts liés à la céré­mo­nie du thé (céra­mi­que, cal­li­gra­phie…) ainsi qu’au théâ­tre nô avec de splen­di­des mas­ques et kimo­nos. Une vaste sélec­tion de luxueu­ses pièces d’arti­sa­nat d’art (étoffes tein­tes, laques maki-e, pièces d’orfè­vre­rie, céra­mi­ques) sera également expo­sée.

Les Maeda, sei­gneurs du fief de Kaga, et leurs vas­saux

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, son sou­tien à Oda Nobunaga puis à Toyotomi Hideyoshi – les deux plus grands chefs de guerre de l’époque – valu­rent à Maeda Toshiie (1537-1599) l’attri­bu­tion de domai­nes dans la pro­vince de Kaga. Il fut le pre­mier des qua­torze sei­gneurs qui se suc­cé­dè­rent à la tête du grand fief de Kaga. C’est en contre­bas du châ­teau où il rési­dait que se déve­loppa la ville de Kanazawa, dont la popu­la­tion comp­tait de très nom­breux vas­saux, ainsi que des com­mer­çants et des arti­sans. Avec plus de 100 000 habi­tants au début du XVIIIe siècle, elle était la qua­trième ville du pays après Edo, Ôsaka et Kyôto.
Cette sec­tion de l’expo­si­tion pro­pose de décou­vrir des objets ayant appar­tenu au clan Maeda ainsi qu’aux famil­les de leurs vas­saux de haut rang.

Épanouissement de la culture à Kaga

- La céré­mo­nie du thé

C’est au XVIe siècle, alors que le Japon était en proie à des guer­res inces­san­tes, que la céré­mo­nie du thé com­mença à être prisée des samou­raïs de haut rang. Elle était pour les guer­riers l’occa­sion de conso­li­der les liens entre eux, de se pré­pa­rer au combat et de se déten­dre. Certains sei­gneurs Maeda appri­rent cet art auprès des célè­bres maî­tres de thé Sen no Rikyû et Kobori Enshû. D’autres cons­ti­tuè­rent de magni­fi­ques col­lec­tions de bols en céra­mi­que, bouilloi­res et autres usten­si­les pour la céré­mo­nie du thé. C’est ainsi que Kanazawa devint un centre impor­tant du chadô, la voie du thé. Des « objets d’excep­tion » uti­li­sés par le clan Maeda ainsi qu’une col­lec­tion d’usten­si­les réunis par leurs famil­les vas­sa­les sont ici pré­sen­tés aux côtés d’objets pour des céré­mo­nies du thé don­nées en l’hon­neur d’invi­tés impor­tants. Enfin est recons­ti­tuée une pièce de thé intime où sont expo­sés des usten­si­les au style « dépouillé » dit wabi.

-  Le théâ­tre nô

Le nô, forme théâ­trale créée à la fin du XIVe siècle, s’est déve­loppé sous la pro­tec­tion des shô­guns et des guer­riers de haut rang. Epuré à l’extrême, cet art mêle chant, danse et musi­que. Maeda Toshiie, pre­mier sei­gneur de Kaga, se pro­dui­sait en per­sonne sur la scène du nô, sous l’influence du puis­sant Toyotomi Hideyoshi. Ses des­cen­dants furent eux aussi de grands ama­teurs de cet art. Ils appre­naient le nô dès leur plus jeune âge, enga­geaient des acteurs ama­teurs parmi les mar­chands et arti­sans de Kanazawa, orga­ni­saient des repré­sen­ta­tions pour des céré­mo­nies offi­ciel­les… Elément incontour­na­ble de la diplo­ma­tie entre guer­riers, comme la céré­mo­nie du thé, le nô devint à la mode parmi les mem­bres du clan et les cita­dins puis­sants. Un aperçu du faste qui entoure le monde du nô est donné grâce à un riche éventail d’objets ayant appar­tenu au clan Maeda : cos­tu­mes, mas­ques, acces­soi­res...

-  L’arti­sa­nat d’art de Kaga

La fabri­ca­tion des armu­res exi­geait l’inter­ven­tion de tech­ni­ques arti­sa­na­les de haut niveau : orfè­vre­rie, laque et tex­ti­les teints. Pour cette raison, les meilleurs arti­sans d’Edo et de Kyôto furent conviés à Kaga pour y trans­met­tre leur savoir-faire. Les tis­se­rands tein­tu­riers de Kaga s’ins­pi­rè­rent de la tech­ni­que du yûzen impor­tée de Kyôto pour créer leurs pro­pres tissus à motifs colo­rés. Ils sur­pas­sè­rent rapi­de­ment Kyôto dans la pro­duc­tion d’excel­lence comme l’attes­tent les kimo­nos et rou­leaux déco­ra­tifs ici expo­sés. De même, ce sont des arti­sans cise­leurs de Kyôto qui per­mi­rent le déve­lop­pe­ment du damas­qui­nage de Kaga, tech­ni­que de tra­vail du métal uti­li­sée notam­ment pour orner les armu­res. Au milieu du XVIIe siècle, la tech­ni­que de cuis­son au four fut intro­duite dans le vil­lage de Kutani, non loin du fief de Kaga, par des potiers venus d’Arita, ville du Kyûshû répu­tée pour ses por­ce­lai­nes poly­chro­mes : c’est là l’ori­gine des céra­mi­ques colo­rées typi­ques de Kanazawa appe­lées ko-Kutani.
Perpétuant cette tra­di­tion d’excel­lence, Kanazawa reste aujourd’hui encore une région d’une richesse excep­tion­nelle – même pour le Japon – en arti­sa­nat d’art.

À noter qu’une ving­taine d’œuvres seront rem­pla­cées par des œuvres simi­lai­res à partir du 5 no­vem­bre.

Autour de l’exposition

La culture de Kaga / Esthétique et tech­ni­ques tra­di­tion­nel­les
Par Morito Sueyoshi, Commissaire de l’expo­si­tion
Mardi 5 no­vem­bre à 18h30
Plus d’infor­ma­tions : http://www.mcjp.fr/fran­cais/confe­ren­ces-6/la-culture-de-kaga-esthe­ti­que-et-803/la-culture-de-kaga-esthe­ti­que-et?var_mode=calcul

Dates
  • mercredi 2 octobre 2013
  • Kanazawa - Aux sources d’une culture de samouraïs de 12h00 à 19h00
  • jeudi 3 octobre 2013
  • Kanazawa - Aux sources d’une culture de samouraïs de 12h00 à 20h00
  • vendredi 4 octobre 2013
  • Kanazawa - Aux sources d’une culture de samouraïs de 12h00 à 19h00
  • samedi 5 octobre 2013
  • Kanazawa - Aux sources d’une culture de samouraïs de 12h00 à 19h00

Salle d’expo­si­tion (niveau 2)
Horaires du mardi au samedi
de 12h à 19h /
Nocturne le jeudi jusqu’à 20h /
Fermé les jours fériés

Prix d’entrée 7 € / Tarif réduit 5 € /
Gratuit pour les adhé­rents MCJP,
les enfants de moins de 12 ans
Visite de groupe sur réser­va­tion uni­que­ment (avec ou sans confé­ren­cier)

Publication : Catalogue de l’expo­si­tion : 25€

Organisation

Ville de Kanazawa,
MCJP (Fondation du Japon),
Association pour la MCJP
Avec le sou­tien de l’Amicale au Japon pour la MCJP

Sous le patro­nage du
dépar­te­ment d’Ishikawa
Avec le concours de
JAPAN AIRLINES

Visites gui­dées :

Les mardis à 14h30
- 15, 22, 29 oc­to­bre
- 12, 19, 26 ­no­vem­bre
- 3, 10 ­dé­cem­bre

Tarifs : 10€ / Adhérent MCJP : 5€
Renseignements
et réser­va­tions : 01-44-37-95-01

Maison de la culture du Japon à Paris

Expositions