Menu

Billetterie
展覧会

Exposition - Du mercredi 26 avril au samedi 24 juin 2006

L’air de rien

Nouvelles pistes pour l’art contemporain japonais

En réaction aux bouleversements économiques et politiques des années 1990, tout un courant d’artistes s’est tourné vers des sujets personnels, intimes, reflets de leur quotidien. Peintures, sculptures, installations, photographies et vidéo : cette exposition présente les œuvres de 11 créateurs japonais qui se sont inspirés de leur environnement immédiat en réponse à cet état du monde. Un certain minimalisme caractérise également cette génération d’artistes attachée au processus de fabrication des œuvres. L’air de rien, ils semblent ouvrir de nouvelles perspectives à l’art japonais. 

L’engouement démesuré pour les mangas, dessins animés et jeux vidéo japonais est un phénomène devenu mondial. Il n’est donc pas étonnant que l’art contemporain au Japon soit profondément marqué par ces formes de culture populaire. Les œuvres éclatantes de couleurs, faussement naïves et pleines d’humour de Takashi Murakami, Yayoi Kusama ou encore Yoshitomo Nara illustrent à merveille cette influence. Pourtant la création japonaise ne peut être réduite à cette seule tendance comme le montre l’exposition présentée à la MCJP. 
Les œuvres exposées sont celles d’une génération d’artistes qui, depuis le milieu des années 90, exprime une sensibilité radicalement différente. S’ils ne sont pas hermétiques à l’univers des mangas, ces créateurs trouvent
davantage l’inspiration dans le monde qui les entoure. Cet intérêt croissant pour le quotidien et l’intime n’est pas spécifique au Japon ainsi que le prouve la biennale de Sydney de 1998 intitulée "everyday". Avec la fin de la Guerre froide et la perte des repères qui en a résulté, des artistes du monde entier ont en effet porté plus d’attention aux petites choses du quotidien, à des aspects plus personnels de leur vie. 
 
Les œuvres des 11 artistes japonais de l’exposition ne correspondent pas à une tendance artistique bien définie, et il n’est pas toujours évident de percevoir le rapport qui les unissent. Pourtant des similitudes sont perceptibles, l’attention portée à la sphère du quotidien n’étant pas moindres. La reproduction miniature d’une cuisine japonaise – cafards compris ! – par Tabaimo, les photographies épurées de Masafumi Sanai représentant des endroits anodins qui lui sont familiers, les installations de Miyuki Yokomizo composées de plus de mille savons multicolores… : la vie de tous les jours, sa poésie aussi bien que sa monotonie, est bien au cœur de ces œuvres d’une grande sobriété.
 
« Vous êtes-vous déjà questionné sur le fait que le Japon est encore de nos jours un pays où l’on trouve de merveilleux objets confectionnés à la main ? » Tel est le message que Muneyoshi Yanagi adressait aux Japonais il y a plus de 80 ans. L’ardent défenseur du mouvement pour l’artisanat mingei souhaitait attirer l’attention de ses compatriotes sur la beauté des objets qui les entouraient. Depuis, le développement économique intense et la production en masse ont causé la chute brutale du nombre d’artisans, aujourd’hui élevés au rang d’êtres quasi divins. A leur manière, les artistes de cette exposition perpétuent cet esprit des artisans. Tous portent en effet un grand intérêt au processus de création, à la façon de fabriquer leurs pièces. Si leurs œuvres ne sont pas d’une facture parfaite, elles vont à l’encontre de l’art conceptuel. 
Yoshihiro Suda a délicatement sculpté dans le bois un pétale de pivoine plus vrai que nature.
 
Pour ses films d’animation, Tomoyasu Murata confectionne les personnages et les décors, s’occupe de la lumière, du montage… Cette fabrication résolument artisanale est pour beaucoup dans le charme qui émane de ses courts-métrages. Tels de consciencieux employés d’une petite entreprise, les Maywa Denki conçoivent des objets étranges et loufoques, hybrides d’œuvres d’art et de produits industriels…
Bien que leurs styles et leurs intentions soient très différents, tous ces artistes font appel à un processus de création qui nécessite une patience de tous les jours et une grande persévérance . Cette jeune génération d’artistes rend indirectement hommage aux minutieux artisans d’autrefois.
Salle d’exposition (niveau 2)
Horaires du mardi au samedi de 12h à 19h / Nocturne le jeudi jusqu’à 20h (dernière entrée : 30 mn avant la fermeture). Fermé les jours fériés
Tarif unique 3€ / Gratuit pour les adhérents MCJP, les enfants de moins de 12 ans (obligatoirement accompagnés par un adulte)